Le Pradet et Ollioules renouvèle leur engagement

photo 6Les 18 et 23 avril, 2 villes amies des enfants ont renouvelé leur engagement à l’UNICEF en signant la charte, en présence de Rosine Girard, Présidente UNICEF Var : Le Pradet et Ollioules. A Ollioules, c’est à la salle Jean Moulin qu’a eu lieu la cérémonie présidée par Robert Beneventi, maire de la ville et en présence de nombreux élus Ollioulais, de Mme Laetitia Quilici conseillère départementale représentant le président Marc Giraud, Monsieur Gérard Calussi représentant le maire du Beausset, et des représentants de la FOL 83 et de  la Ligue Varoise de Prévention, les enfants du Conseil Municipal des Jeunes et Laurine Ollagnier, Miss Ollioules 2016.
La signature à Ollioules a été suivie d’un concert donné par la chorale « Sur tous les tons » sous la direction de Danièle Locher et Myriam Abdelfettah, qui a permis de collecter 270 Euros.

photo 4photo 1

Les enfants ont droit au chapitre !

unicef-prix-litterature-jeunesse-enfantsParce que la lecture est un formidable vecteur éducatif, l’UNICEF France lance les Prix UNICEF de littérature jeunesse, afin de récompenser des ouvrages portant le mieux les valeurs des droits de l’enfant défendues par notre organisation. Le jury ? Les enfants eux-mêmes bien sûr !
Qui de mieux placés que les enfants pour promouvoir et défendre… les droits de l’enfant ?
C’est pourquoi en 2016 l’UNICEF France lance ses Prix de littérature jeunesse – une première ! – avec un objectif simple : mettre en avant une sélection de livres qui abordent la question des droits de l’enfant, et portent les valeurs de l’UNICEF.

Trois prix seront décernés :
– le Prix UNICEF de littérature jeunesse 2016 0-6 ans
– le Prix UNICEF de littérature jeunesse 2016 6-8 ans
– le Prix UNICEF de littérature jeunesse 2016 8-11 ans

2016 sous le thème de la protection des enfants

Chaque année, une thématique différente sera mise à l’honneur. Pour cette première édition, les Prix récompenseront les ouvrages qui donnent une place particulière à la question de la protection des enfants, au sens large : maltraitance, guerre, exploitation, maladies, mal-être émotionnel physique ou mental, vulnérabilité face à la violence, rôle de protection des parents, enjeux et difficultés qu’il implique, accompagnement qui peut être nécessaire… Ou encore par le biais de la question du bien-être des enfants – comment les protéger en les faisant évoluer dans un cadre de vie favorable à leur épanouissement : lieu de vie, environnement social, familial et émotionnel, importance d’une activité physique et d’une bonne alimentation…

Pour en savoir plus : https://www.unicef.fr/article/les-prix-unicef-de-litterature-jeunesse

Pays Riches : Les 10% d’enfants les plus pauvres

unicef-bilan-innocenti-13-wedodataUn nouveau rapport de l’UNICEF met en évidence la façon dont les inégalités affectent les enfants dans les pays à haut revenu.
En France : des résultats préoccupants

Paris / Genève / New York, 14 avril 2016 – Le Bilan 13, Equité entre les enfants : Tableau de classement des inégalités de bien-être des enfants dans les pays riches, établit le classement de 41 pays de l’UE et de l’OCDE et cherche à savoir jusqu’où les sociétés riches laissent se creuser le fossé entre les 10% d’enfants les plus pauvres et les enfants qui se situent dans la partie médiane de la distribution. Le rapport s’intéresse aux inégalités sur 4 angles : en matière de revenus, d’éducation, de santé et de satisfaction dans la vie et à partir de données recueillies entre 2002 et 2014.
Le Danemark est en tête du classement général avec l’inégalité la plus faible entre les enfants. Israël et la Turquie occupent les dernières places du classement.
Une des nouveautés du Bilan 13 réside dans le fait que certaines données sont fondées sur la perception qu’ont les enfants eux-mêmes de leur santé et de leur satisfaction dans la vie.

Résultats pour la France

Sur l’ensemble des critères d‘inégalité, la France occupe le 28e rang sur 35 pays de l’UE/OCDE, juste au-dessus de 5 autres pays européens : la Belgique, la Bulgarie, l’Italie, le Luxembourg et la Slovaquie.
Si on constate qu’en matière de revenus, les inégalités entre les enfants sont relativement faibles, cela ne doit pas occulter les mauvais résultats pour l’éducation, où la France se situe presque à la dernière place du classement (35e sur 37) en terme d’écarts. Concernant les problèmes de santé, la France est 23e sur 35 pays de l’UE/OCDE et enfin 28e sur 35 en matière de satisfaction dans la vie. Ce qui signifie qu’il existe un fort taux d’enfants qui ne sont pas satisfaits de leur vie, et un grand fossé entre les moins satisfaits et leurs pairs.
« Ce décalage est tout à fait préoccupant, » affirme Sébastien Lyon, Directeur général de l’UNICEF France. « Le problème ne se situe pas à un niveau seulement économique : il s‘agit plutôt d’un déploiement inégal des services et des ressources au détriment des enfants les plus vulnérables, ayant pour conséquence une accumulation des difficultés pour ces derniers. »

Recommandations

Le Bilan Innocenti 13 recommande aux gouvernements de mettre fin aux politiques en silos et de faire porter les efforts sur les enfants les plus pauvres. Il s’agit en priorité de :

•    Protéger les revenus des foyers avec les enfants les plus défavorisés.
•    Améliorer la réussite scolaire des enfants les moins avantagés.
•    Promouvoir et soutenir des modes de vie plus sains pour tous les enfants.
•    Prendre en compte le bien-être subjectif.
•    Placer l’équité au cœur des programmes pour le bien-être des enfants.

https://www.unicef.fr/article/bien-etre-des-enfants-dans-les-pays-riches-resultats-2016-trop-d-inegalites