Les enfants ont droit au chapitre !

unicef-prix-litterature-jeunesse-enfantsParce que la lecture est un formidable vecteur éducatif, l’UNICEF France lance les Prix UNICEF de littérature jeunesse, afin de récompenser des ouvrages portant le mieux les valeurs des droits de l’enfant défendues par notre organisation. Le jury ? Les enfants eux-mêmes bien sûr !
Qui de mieux placés que les enfants pour promouvoir et défendre… les droits de l’enfant ?
C’est pourquoi en 2016 l’UNICEF France lance ses Prix de littérature jeunesse – une première ! – avec un objectif simple : mettre en avant une sélection de livres qui abordent la question des droits de l’enfant, et portent les valeurs de l’UNICEF.

Trois prix seront décernés :
– le Prix UNICEF de littérature jeunesse 2016 0-6 ans
– le Prix UNICEF de littérature jeunesse 2016 6-8 ans
– le Prix UNICEF de littérature jeunesse 2016 8-11 ans

2016 sous le thème de la protection des enfants

Chaque année, une thématique différente sera mise à l’honneur. Pour cette première édition, les Prix récompenseront les ouvrages qui donnent une place particulière à la question de la protection des enfants, au sens large : maltraitance, guerre, exploitation, maladies, mal-être émotionnel physique ou mental, vulnérabilité face à la violence, rôle de protection des parents, enjeux et difficultés qu’il implique, accompagnement qui peut être nécessaire… Ou encore par le biais de la question du bien-être des enfants – comment les protéger en les faisant évoluer dans un cadre de vie favorable à leur épanouissement : lieu de vie, environnement social, familial et émotionnel, importance d’une activité physique et d’une bonne alimentation…

Pour en savoir plus : https://www.unicef.fr/article/les-prix-unicef-de-litterature-jeunesse

Pays Riches : Les 10% d’enfants les plus pauvres

unicef-bilan-innocenti-13-wedodataUn nouveau rapport de l’UNICEF met en évidence la façon dont les inégalités affectent les enfants dans les pays à haut revenu.
En France : des résultats préoccupants

Paris / Genève / New York, 14 avril 2016 – Le Bilan 13, Equité entre les enfants : Tableau de classement des inégalités de bien-être des enfants dans les pays riches, établit le classement de 41 pays de l’UE et de l’OCDE et cherche à savoir jusqu’où les sociétés riches laissent se creuser le fossé entre les 10% d’enfants les plus pauvres et les enfants qui se situent dans la partie médiane de la distribution. Le rapport s’intéresse aux inégalités sur 4 angles : en matière de revenus, d’éducation, de santé et de satisfaction dans la vie et à partir de données recueillies entre 2002 et 2014.
Le Danemark est en tête du classement général avec l’inégalité la plus faible entre les enfants. Israël et la Turquie occupent les dernières places du classement.
Une des nouveautés du Bilan 13 réside dans le fait que certaines données sont fondées sur la perception qu’ont les enfants eux-mêmes de leur santé et de leur satisfaction dans la vie.

Résultats pour la France

Sur l’ensemble des critères d‘inégalité, la France occupe le 28e rang sur 35 pays de l’UE/OCDE, juste au-dessus de 5 autres pays européens : la Belgique, la Bulgarie, l’Italie, le Luxembourg et la Slovaquie.
Si on constate qu’en matière de revenus, les inégalités entre les enfants sont relativement faibles, cela ne doit pas occulter les mauvais résultats pour l’éducation, où la France se situe presque à la dernière place du classement (35e sur 37) en terme d’écarts. Concernant les problèmes de santé, la France est 23e sur 35 pays de l’UE/OCDE et enfin 28e sur 35 en matière de satisfaction dans la vie. Ce qui signifie qu’il existe un fort taux d’enfants qui ne sont pas satisfaits de leur vie, et un grand fossé entre les moins satisfaits et leurs pairs.
« Ce décalage est tout à fait préoccupant, » affirme Sébastien Lyon, Directeur général de l’UNICEF France. « Le problème ne se situe pas à un niveau seulement économique : il s‘agit plutôt d’un déploiement inégal des services et des ressources au détriment des enfants les plus vulnérables, ayant pour conséquence une accumulation des difficultés pour ces derniers. »

Recommandations

Le Bilan Innocenti 13 recommande aux gouvernements de mettre fin aux politiques en silos et de faire porter les efforts sur les enfants les plus pauvres. Il s’agit en priorité de :

•    Protéger les revenus des foyers avec les enfants les plus défavorisés.
•    Améliorer la réussite scolaire des enfants les moins avantagés.
•    Promouvoir et soutenir des modes de vie plus sains pour tous les enfants.
•    Prendre en compte le bien-être subjectif.
•    Placer l’équité au cœur des programmes pour le bien-être des enfants.

https://www.unicef.fr/article/bien-etre-des-enfants-dans-les-pays-riches-resultats-2016-trop-d-inegalites

Les 100 fresques pour les droits de l’enfant dans la ville

Fresque Grand-CharmontPlus de 130 collectivités ont participé au concours de coloriage « 100 fresques pour les droits de l’enfant dans la ville », lancé par l’UNICEF France en juin dernier. Ce concours, lancé pour célébrer la Journée internationale des droits de l’enfant de façon ludique, en impliquant les enfants a été un réel succès. Un grand merci aux villes qui ont ainsi donné l’occasion aux plus jeunes de parler de leurs droits et de faire des propositions pour leur ville à travers une grande fresque à colorier !

Objectif atteint ! Plus de 130 villes a participer au concours de coloriage et de plaidoyer haut en couleurs pour célébrer les droits de l’enfant en donnant la parole à des milliers d’enfants sur leur place dans l’espace public. Merci aux villes ayant accompagné les enfants de leur commune vers une meilleure connaissance de leurs droits et merci à tous les enfants engagés dans cette belle aventure et pour leurs contributions inestimables !

Grâce à ce coloriage, facile d’accès pour les petits et les plus grands, débats, discussions, découvertes et prises de conscience sur le droit à l’éducation, au jeu et aux loisirs, à la non-discrimination notamment, se sont engagés. « Après plusieurs séances d’échanges avec les enfants pour leur présenter les 10 droits fondamentaux de l’enfant, le coloriage de la fresque a permis d’élargir les discussions, de visualiser avec leur environnement proche, l’usage de ces droits dans leur ville et d’en découvrir d’autres » précise un animateur du CLAS élémentaire de la ville de Balma (31).  

Les 10 villes lauréates
Toutes les contributions reçues étaient de grande qualité et témoignent du sérieux avec lequel les droits de l’enfant sont considérés dans les Villes amies des enfants.

Le jury a porté son choix sur 10 villes qui ont été particulièrement efficientes sur la qualité et la méthode de réalisation de la fresque, la diversité des publics d’enfants ayant participé à sa réalisation, l’originalité et la qualité du travail de plaidoyer et du support de restitution réalisé avec les enfants et, enfin, la collaboration avec le Comité UNICEF du département.

Nos félicitations à Abbeville (80), Balma (31), Colmar (68), Gennevilliers (non Ville amie des enfants – 92), Linselles (59), Reims (51), Riom (63), Rosny-sous-Bois (93), Sarreguemines (57) et Vincennes (94) pour l’excellent travail réalisé !

Ces villes recevront chacune 10 coloriages géants à partager au sein de leurs structures d’accueil de loisirs !

Merci pour votre soutien en 2015

2015 a été une année douloureuse pour des millions d’enfants à travers le monde.
Catastrophes naturelles, guerres et conflits, urgences et crises humanitaires… Trop d’enfants ont souffert mais heureusement beaucoup d’enfants sont dorénavant en meilleure santé, plus forts, et heureux. Le monde est devenu un endroit particulièrement dangereux pour les enfants. C’est pourtant dans l’adversité qu’on voit les gens donner le meilleur d’eux mêmes.
C’est pourquoi l’UNICEF dit MERCI au travers d’un film récapitulatif l’année. MERCI aux bénévoles
MERCI aux donateurs

Image de prévisualisation YouTube

La situation des enfants dans le monde – 2015

Innovation 2015L’UNICEF International a publié en 2015 un rapport appelant à une réflexion originale pour résoudre les problèmes qui affectent encore les enfants les plus défavorisés. Le rapport demande en particulier que l’on fasse la part belle à l’innovation et que les solutions les meilleures et les plus brillantes issues des communautés soient transposées à grande échelle afin que chaque enfant en bénéficie.

Pour bien comprendre les enjeux, il est important de rappeler les nombreuses inégalités qui persistent toujours.

Diapositive1Vous pouvez consulter ce rapport dans son intégralité en cliquant sur ce lien : SOWC_2014_reimaginer_avenir

Les enfants peuvent bien attendre

livre_enfants_attendentA l’occasion de l’audition de la France par le Comité des droits de l’enfant de l’ONU, les 13 et 14 janvier 2016, l’UNICEF France publie « Les enfants peuvent bien attendre », un titre fort mais révélateur des contributions compilées dans cet ouvrage collectif.
Préfacé par Christiane Taubira, Garde des Sceaux et Ministre de la Justice, le livre donne la parole, de manière transversale et inédite, à 25 experts(1) exerçant dans le champ de l’enfance et de l’adolescence (chercheurs, sociologues, avocats et magistrats, professionnels ou encore élus), et, pour la première fois, à quatre Défenseures des enfants, qui partagent leurs réflexions sur l’effectivité des droits de l’enfant aujourd’hui en France.
En reconnaissant que la France a fait de nombreux progrès depuis 25 ans, il lui reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour que chaque enfant puisse pleinement accéder à ses droits fondamentaux, en particulier pour les enfants les plus vulnérables. Dans son avant-propos, Jean-Marie Dru, Président de l’UNICEF France est formel : « la seule réflexion qui doit guider pouvoirs publics comme société civile est finalement bien celle qui conduit à mesurer les écarts entre les droits formels et les droits réels des enfants. »
Cet ouvrage est notre contribution critique auprès de l’ONU, qui auditionne la France pour analyser dans quelle mesure notre pays a pris en compte ses recommandations précédentes de juin 2009, pour mieux respecter l’accès aux droits des enfants sur notre territoire. « Ceux fragilisés par la pauvreté, l’exclusion sociale, les discriminations, ces enfants vulnérables trop souvent laissés pour compte, non, ces enfants ne peuvent plus attendre ! », appelle Jean-Marie Dru.
Vous pouvez lire ce livre en cliquant sur ce lien : Les Enfants peuvent bien attendre

Ensemble pour un monde meilleur

Aujourd’hui, plus d’un enfant sur 10 dans le monde, soit 230 millions, vit dans un pays ou une zone touchés par un conflit armé !

Les terribles événements survenus à Paris le 13 novembre 2015 nous rappellent cruellement la tragique situation dans laquelle se trouvent des millions de gens victimes de la guerre partout dans le monde. Et à quel point le combat pour la paix et les droits de l’enfant est crucial et d’actualité pour un monde meilleur et digne des enfants…
La veille c’était au Liban que cela se passait. Le 31 octobre en Egypte. Le 10 octobre en Turquie. Les 26 juin et 18 mars en Tunisie. Le 2 avril au Kenya

Et la violence, c’est tous les jours que le monde en est témoin, en Afghanistan, Colombie, Inde, Irak, Libye, Mali, Myanmar, Nigéria, Pakistan, Palestine, RCA, RDC, Soudan, Soudan du Sud, Syrie, Tchad, Ukraine, Yémen…

L’éducation à la paix, clé d’un monde meilleur…

droits-de-l-enfant-paix-unicef-senegalL’UNICEF promeut chaque jour, partout dans le monde, auprès de chaque enfant, mais aussi de tous les Etats, le refus de toute forme de violence.
Après les attentats qui ont visé une nouvelle fois le cœur des valeurs républicaines, en France,  vendredi 13 novembre, l’UNICEF France réaffirme résolument sa mission d’éducation auprès de chaque enfant dont les fondements sont l’éducation aux droit de l’enfant, la transmission des valeurs républicaines, de la laïcité, l’éducation à la citoyenneté, la lutte contre les inégalités et pour la mixité sociale, le droit à la différence mais aussi la culture de l’engagement. 

L’éducation doit être placée au cœur de toute stratégie d’édification de la paix. C’est par l’éducation que peut et pourra être dispensée le plus largement possible une initiation aux valeurs, aux aptitudes et aux connaissances qui fondent le respect des droits de l’homme et des principes démocratiques, le rejet de la violence, la compréhension et l’appréciation mutuelle entre individus, groupes et nations, comme le rappellent les Nations unies.

Comme le rappelle la Convention relative aux droits de l’enfant dans son préambule, la Charte des Nations unies proclame « la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine ainsi que l’égalité et le caractère inaliénable de leurs droits » comme « fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde ».

Unissons-nous pour les enfants, plus que jamais !

l’UNICEF organise la 1ère course connectée au monde

Course connectéeLe 15 novembre, tout autour du globe, l’UNICEF invite les coureurs à se mobiliser pour les enfants en participant à la Team UNICEF World Run, la première course connectée au monde !
Pour participer et soutenir les programmes de l’UNICEF, rien de plus simple : il suffit de s’inscrire online, monter une équipe de 1 à 4 personnes, et, en se connectant via son application de running, courir 10 km.  https://teamunicefworldrun.org/
Chacun peut s’engager, simplement, où qu’il soit et au moment où il le souhaite !
Participez ou faites participer à cet événement unique et innovant, fédérateur et porteur de sens ! Nous comptons sur vous !

Non au Harcèlement à l’école

Image de prévisualisation YouTube

Le 5 novembre, la Ministre de l’Education, Najat Vallaud-Berkacem a décrété la 1ère journée de Lutte contre le Harcèlement à l’école. L’UNICEF France soutient le ministère de l’éducation nationale dans sa campagne et soutient les 4 axes de lutte contre le harcèlement à l’école. http://www.education.gouv.fr/…/presentation-de-la-premiere-…

Diapositive1