Les 30 ans de la CIDE dans le Var

Le Var a brillamment célébré les 30 ans de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant

Depuis la signature de la Convention internationale relative aux droits des enfants (CIDE) le 20 novembre 1989, d’importants progrès ont été réalisés en faveur des enfants. Santé, éducation, protection, droits civiques : les enfants sont mieux reconnus et la qualité de vie de millions d’entre eux s’est améliorée. Mais les enfants d’hier ne sont pas ceux d’aujourd’hui. Il nous faut donc adapter notre approche.

Il y a trente ans, Internet n’existait pas, les enjeux liés au changement climatique n’étaient pas pris en compte avec autant d’acuité, les guerres et les conflits – qui s’étalent dans le temps – ne provoquaient pas des flux de migration aussi importants. Tous ces défis constituent également des opportunités. Les enfants et les jeunes exigent la prise de mesures immédiates et nous nous devons de les écouter.
il y a 30 ans, celles et ceux qui sont devenus les ambassadeurs de l’UNICEF se souviennent…

Image de prévisualisation YouTube

Dans le Var, une quinzaine de villes ont affiché l’exposition en 10 panneaux réalisée pour cet anniversaire.
Mais surtout, de nombreuses villes ont organisé des actions avec les enfants et les adultes pour marquer cet événement. Retour en images
BANDOL :
La ville de Bandol a associé
– le symbole : avec la plantation d’un olivier à l’entrée de l’école du Bois Maurin
– la commémoration : avec une plaque des 30 ans des droits de l’enfant
– la fête avec des spectacles de marionnettes, de chant (avec les Bandol Singer’s), de danse (avec Action Danse et Forme). Les centres aérés et les écoles se sont mobilisés pour cette journée. Et pour finir la journée, l’illumination en bleu de la mairie !

LA SEYNE SUR MER :

Plus de 250 enfants de 5 à 11 ans et pré-ados ont participé à cette journée, qui s’est tenue sur un site symbolique puisqu’il est dédié au développement durable et à la sensibilisation des enfants : La Dominante.

Le matin, les 5-7 ans ont découvert des ateliers en lien avec les 54 articles de la Convention internationale du droit des enfants. Et ce dans les domaines de la nutrition, de la santé, de la discrimination, de l’éducation, de l’estime de soi, de la sécurité routière et de la prévention des accidents du quotidien. L’après-midi, était consacré aux activités des plus grands.

 Au total, plus de 50 personnes des différents services municipaux se sont investies au succès de cette opération. Et le service jeunesse a remis 152 euros à l’Unicef, une somme récoltée lors des différentes activités de l’année.

LA GARDE :

Pendant une semaine, du 13 au 20 novembre, la ville de La Garde, Ville amie des enfants, a organisé « le Village des droits » dans toutes les salles de l’espace Gérard Philippe avec la galerie des droits (exposition 30 ans CIDE), des animations pour les enfants, les œuvres du concours « Agis pour tes droits », le travail des enfants des structures d’accueil autour des droits de l’enfant.
Les Francas et l’UNICEF se sont associés pour animer cette semaine

Le 19/11 une pause philo sur l’école est-elle un lieu protecteur » ?

Le mercredi 20, plus de 400 enfants étaient au rendez-vous pour célébrer le 30ème anniversaire de la Convention Internationale des droits de l’enfant dans une ambiance joyeuse et festive. Au programme : des ateliers, des jeux, un escape game…

L’UNICEF avait proposé le jeu de l’oie, un memory sur l’alimentation, un quizz, et un chamboule tout sur les non-droits.

Une conférence a également été donnée par l’UNICEF sur l’éducation des filles.
La médiathèque invitait aussi parents et enfants à découvrir jusqu’au 25 novembre l’exposition réalisée par les Éditions Rue du monde mettant en scène les droits de l’enfant, pour mieux faire appliquer la convention, ici et partout.

SIX FOURS :

Le 20 novembre, Six Fours célébrait les 30 ans en mettant l’exposition dans la salle de cinéma de la ville. Ce même jour, une centaine d’enfants sont venus assister à la projection du film  “Demain est à nous”. L’exposition est désormais itinérante et va circuler dans les écoles de la ville associée à des interventions de l’équipe Actions éducatives.  

SANARY :

Le 20 novembre, un Rallye photo a été réalisé par l’espace jeunes autour de l’exposition d’affiches sur les droits. 2 séances de projection du film Demain est à nous ont été organisées avec débat. Et les enfants de l’école de la Vernette ont mené leurs animations autour de la fresque qu’ils avaient réalisé sur les droits de l’enfant.
Le dimanche 1er décembre, en report du 23 novembre (causes intempéries) se dérouleront d’autres animations en même temps que la foire aux jouets

TOULON :

Ils étaient plus de 200, minots des centres de loisirs, élèves du Conservatoire et jeunes de la structure GEIST 83, dans l’auditorium de l’école de musique des Lices ce mercredi. Le but de ce rendez-vous original ? Donner à voir le résultat du travail mené en amont, dans chacune des structures, sur le thème des droits des enfants. Depuis la rentrée en effet, sous la houlette de leurs professeurs et animateurs, les jeunes Toulonnais préparaient le spectacle offert le jour J en présence de  Jean-Louis Maes, directeur du conservatoire, Dominique Weizman, représentante de l’UNICEF et Valérie Mondone, adjoint délégué à la Jeunesse. La musique des équipages de la flotte ont clôt cette semaine avec un concert donné au profit de l’UNICEF.

ST CYR :

Débat sur le film Demain est à nous

OLLIOULES :

2 métiers d’art sont venus aider les enfants dans leurs créations autour des droits, à la salle Puget

PIERREFEU :

Les élèves de l’école élémentaire Anatole France se sont habillés, aux couleurs de l’UNICEF pour un “total look bleu”.

Les Droits de l’enfant dans 3 villes du Var

Comme chaque année, le 20 novembre et les semaines qui ont précédé et suivi,  nous avons fêté l’anniversaire des droits de l’enfant dans le Var
3 villes ont organisé des animations pour les enfants afin de leur faire prendre conscience de leurs droits :

A Six Fours : 200 enfants de 4 à 12 ans du centre aéré Jaumard ont travaillé pendant une semaine afin d’illustrer les Droits de l’enfant par des mots, des dessins, des sculptures. L’ensemble de leurs travaux a été exposé au cinéma Six n’étoiles pendant toute le mois. Le mercredi 16, ils ont pu assister à la projection du film IQBAL, réalisé en partenariat avec l’UNICEF, et qui retrace l’histoire (vraie) d’un jeune pakistanais qui a été enrôlé de force comme esclave, et en est mort. Le film d’animation a une fin moins tragique mais n’en met pas moins en avant le fléau représenté par les 168 millions d’enfants qui travaillent dans le monde.
diapositive1

A Toulon : 130 enfants des centres de loisirs ont décidé qu’ils avaient le droit de “faire la fête”. Chaque groupe est monté sur scène pour donner sa propre définition de la “liberté d’expression” : que ce soit par des petits textes, des poésies ou des chansons, ils ont revendiqué leur droit de jouer, leur droit d’aimer, leur droit de faire la fête. Et tous ont terminé par la fameuse chanson “On écrit sur les murs” interprétés par les Kids United. toulon-20_11_2016

A Ollioules : les enfants ont eux aussi joué et réfléchi aux droits de l’enfant tout au long de la journée du 23 novembre
img_0927

Pour toutes ces manifestations, nous remercions les villes amies des enfants et les centres de loisirs qui ont participé activement à cette célébration annuelle. Mais nous remercions surtout les enfants pour leur motivation pour une cause qui les touche au premier plan !

Les enfants peuvent bien attendre

livre_enfants_attendentA l’occasion de l’audition de la France par le Comité des droits de l’enfant de l’ONU, les 13 et 14 janvier 2016, l’UNICEF France publie « Les enfants peuvent bien attendre », un titre fort mais révélateur des contributions compilées dans cet ouvrage collectif.
Préfacé par Christiane Taubira, Garde des Sceaux et Ministre de la Justice, le livre donne la parole, de manière transversale et inédite, à 25 experts(1) exerçant dans le champ de l’enfance et de l’adolescence (chercheurs, sociologues, avocats et magistrats, professionnels ou encore élus), et, pour la première fois, à quatre Défenseures des enfants, qui partagent leurs réflexions sur l’effectivité des droits de l’enfant aujourd’hui en France.
En reconnaissant que la France a fait de nombreux progrès depuis 25 ans, il lui reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour que chaque enfant puisse pleinement accéder à ses droits fondamentaux, en particulier pour les enfants les plus vulnérables. Dans son avant-propos, Jean-Marie Dru, Président de l’UNICEF France est formel : « la seule réflexion qui doit guider pouvoirs publics comme société civile est finalement bien celle qui conduit à mesurer les écarts entre les droits formels et les droits réels des enfants. »
Cet ouvrage est notre contribution critique auprès de l’ONU, qui auditionne la France pour analyser dans quelle mesure notre pays a pris en compte ses recommandations précédentes de juin 2009, pour mieux respecter l’accès aux droits des enfants sur notre territoire. « Ceux fragilisés par la pauvreté, l’exclusion sociale, les discriminations, ces enfants vulnérables trop souvent laissés pour compte, non, ces enfants ne peuvent plus attendre ! », appelle Jean-Marie Dru.
Vous pouvez lire ce livre en cliquant sur ce lien : Les Enfants peuvent bien attendre