Pays Riches : Les 10% d’enfants les plus pauvres

unicef-bilan-innocenti-13-wedodataUn nouveau rapport de l’UNICEF met en évidence la façon dont les inégalités affectent les enfants dans les pays à haut revenu.
En France : des résultats préoccupants

Paris / Genève / New York, 14 avril 2016 – Le Bilan 13, Equité entre les enfants : Tableau de classement des inégalités de bien-être des enfants dans les pays riches, établit le classement de 41 pays de l’UE et de l’OCDE et cherche à savoir jusqu’où les sociétés riches laissent se creuser le fossé entre les 10% d’enfants les plus pauvres et les enfants qui se situent dans la partie médiane de la distribution. Le rapport s’intéresse aux inégalités sur 4 angles : en matière de revenus, d’éducation, de santé et de satisfaction dans la vie et à partir de données recueillies entre 2002 et 2014.
Le Danemark est en tête du classement général avec l’inégalité la plus faible entre les enfants. Israël et la Turquie occupent les dernières places du classement.
Une des nouveautés du Bilan 13 réside dans le fait que certaines données sont fondées sur la perception qu’ont les enfants eux-mêmes de leur santé et de leur satisfaction dans la vie.

Résultats pour la France

Sur l’ensemble des critères d‘inégalité, la France occupe le 28e rang sur 35 pays de l’UE/OCDE, juste au-dessus de 5 autres pays européens : la Belgique, la Bulgarie, l’Italie, le Luxembourg et la Slovaquie.
Si on constate qu’en matière de revenus, les inégalités entre les enfants sont relativement faibles, cela ne doit pas occulter les mauvais résultats pour l’éducation, où la France se situe presque à la dernière place du classement (35e sur 37) en terme d’écarts. Concernant les problèmes de santé, la France est 23e sur 35 pays de l’UE/OCDE et enfin 28e sur 35 en matière de satisfaction dans la vie. Ce qui signifie qu’il existe un fort taux d’enfants qui ne sont pas satisfaits de leur vie, et un grand fossé entre les moins satisfaits et leurs pairs.
« Ce décalage est tout à fait préoccupant, » affirme Sébastien Lyon, Directeur général de l’UNICEF France. « Le problème ne se situe pas à un niveau seulement économique : il s‘agit plutôt d’un déploiement inégal des services et des ressources au détriment des enfants les plus vulnérables, ayant pour conséquence une accumulation des difficultés pour ces derniers. »

Recommandations

Le Bilan Innocenti 13 recommande aux gouvernements de mettre fin aux politiques en silos et de faire porter les efforts sur les enfants les plus pauvres. Il s’agit en priorité de :

•    Protéger les revenus des foyers avec les enfants les plus défavorisés.
•    Améliorer la réussite scolaire des enfants les moins avantagés.
•    Promouvoir et soutenir des modes de vie plus sains pour tous les enfants.
•    Prendre en compte le bien-être subjectif.
•    Placer l’équité au cœur des programmes pour le bien-être des enfants.

https://www.unicef.fr/article/bien-etre-des-enfants-dans-les-pays-riches-resultats-2016-trop-d-inegalites

Ensemble pour un monde meilleur

Aujourd’hui, plus d’un enfant sur 10 dans le monde, soit 230 millions, vit dans un pays ou une zone touchés par un conflit armé !

Les terribles événements survenus à Paris le 13 novembre 2015 nous rappellent cruellement la tragique situation dans laquelle se trouvent des millions de gens victimes de la guerre partout dans le monde. Et à quel point le combat pour la paix et les droits de l’enfant est crucial et d’actualité pour un monde meilleur et digne des enfants…
La veille c’était au Liban que cela se passait. Le 31 octobre en Egypte. Le 10 octobre en Turquie. Les 26 juin et 18 mars en Tunisie. Le 2 avril au Kenya

Et la violence, c’est tous les jours que le monde en est témoin, en Afghanistan, Colombie, Inde, Irak, Libye, Mali, Myanmar, Nigéria, Pakistan, Palestine, RCA, RDC, Soudan, Soudan du Sud, Syrie, Tchad, Ukraine, Yémen…

L’éducation à la paix, clé d’un monde meilleur…

droits-de-l-enfant-paix-unicef-senegalL’UNICEF promeut chaque jour, partout dans le monde, auprès de chaque enfant, mais aussi de tous les Etats, le refus de toute forme de violence.
Après les attentats qui ont visé une nouvelle fois le cœur des valeurs républicaines, en France,  vendredi 13 novembre, l’UNICEF France réaffirme résolument sa mission d’éducation auprès de chaque enfant dont les fondements sont l’éducation aux droit de l’enfant, la transmission des valeurs républicaines, de la laïcité, l’éducation à la citoyenneté, la lutte contre les inégalités et pour la mixité sociale, le droit à la différence mais aussi la culture de l’engagement. 

L’éducation doit être placée au cœur de toute stratégie d’édification de la paix. C’est par l’éducation que peut et pourra être dispensée le plus largement possible une initiation aux valeurs, aux aptitudes et aux connaissances qui fondent le respect des droits de l’homme et des principes démocratiques, le rejet de la violence, la compréhension et l’appréciation mutuelle entre individus, groupes et nations, comme le rappellent les Nations unies.

Comme le rappelle la Convention relative aux droits de l’enfant dans son préambule, la Charte des Nations unies proclame « la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine ainsi que l’égalité et le caractère inaliénable de leurs droits » comme « fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde ».

Unissons-nous pour les enfants, plus que jamais !